loader image
Lire la vidéo

Etre vigneron n’est pas un métier, c’est une vie : une prise de conscience, une soif infinie de projets, de découvertes, d’interrogation, d’étonnement, une captivité, une amitié pour les curieux, un engagement de transmission de savoir faire, de passeur de culture auprès des générations futures.
Nous avons fait ce choix en famille, comme une 2nde vie que nous partageons.

Christine n’avait jamais oublié les vignes de son enfance, celles de son grand père Georges, puis de son père André, Padrì !
Le vin, dans le famille Dornier, nous connaissions bien, mais en tant qu’œnologue et créateur de chais.

En 2002 la transmission familiale et l’héritage de parcelles ont tout chamboulé.
Sécateurs et sauts à la main, sur ces collines de schistes, sous la bienveillance du château cathare de Quéribus, nous avons rentré nos premiers raisins, et vinifié nos premières cuvées.

En 2002 la transmission familiale et l’héritage de parcelles ont tout chamboulé.
Sécateurs et sauts à la main, sur ces collines de schistes, sous la bienveillance du château cathare de Quéribus, nous avons rentré nos premiers raisins, et vinifié nos premières cuvées.

La culture biologique s’est ensuite imposée comme une évidence, tout naturellement ; depuis 2008 nous cultivons nos parcelles de grenaches, noirs, gris, et blanc, de carignan, de macabeu, et de syrah à main nue et au chenillard, à l’écoute de la vie, qui anime les terres et du temps, qui passe au fil des saisons.

Au Clos, nous avons une approche globale du terroir et de la nature, entre interaction, et réflexion. Comme dans notre potager, on sait que croiser un Lombric grassouillet fera du bien à la vigne, au terroir, et donc à nos vins.

Cet équilibre naturel, la pureté du terroir sur le Cru Maury, et l’expression du fruit en cave, avant tout le reste, c’est ce qu’on aime retrouver dans nos vins, et sur les tables vivantes, bavardes, foisonnantes de jolis produits de saison

logo-clos-blanc